De nombreux foyers ne pensent pas à isoler leurs combles et leur toiture. Et pourtant, cette opération relève de la nécessité absolue. Il faut dire que les coûts de ces travaux peuvent s’avérer inaccessibles pour beaucoup. Face à la précarité énergétique, l’État tente de limiter la consommation des foyers français en les incitant à effectuer une rénovation énergétique à travers différents dispositifs d’aide.

Qu’est-ce que l’isolation des combles ?

Les combles constituent l’espace entre la toiture et le plancher d’une maison. Ils sont souvent utilisés comme espace de stockage. On distingue les combles aménageables ou habitables et les combles perdus.

L’isolation des combles permet de protéger ces derniers contre les bruits et les variations de température externe. D’un point de vue technique, l’isolation thermique désigne l’ensemble des actions effectuées afin de limiter, voire stopper, les transferts de chaleur entre deux milieux de différentes températures. Pour sa part, l’isolation phonique ou acoustique vise à réduire et à éviter la propagation des bruits domestiques, industriels et du trafic routier.

Pourquoi isoler sa toiture et ses combles ?

Isoler la toiture et les combles permet d’améliorer le confort d’un logement. Il est possible de réaliser 30 % d’économies sur la facture de chauffage après avoir effectué des travaux d’isolation des combles. En effet, c’est le pourcentage de déperdition thermique constaté à ce niveau. Et c’est le plus élevé quand on sait que par le plancher, il est de 10 % et par les fenêtres de 15 %.

En isolant ces deux parties de la maison, les pertes de chaleur peuvent être évitées en période hivernale. Et en été, cela permet de conserver la fraîcheur intérieure. Les besoins de chauffage étant réduits, les économies sont alors conséquentes. De plus, cela permet d’accroître la performance énergétique du logement.

Concernant l’isolation acoustique, les nuisances sonores affectent considérablement la qualité de vie des occupants et peuvent avoir des répercussions sur leur santé. D’après de récentes études, plus d’un tiers des Français trouvent leur isolation phonique inadéquate. En outre, l’isolation thermique et acoustique a pour avantage de valoriser le logement en cas de revente.

Comment faire une bonne isolation de combles ?

Qu’il s’agisse de combles perdus ou de combles aménageables, l’opération doit se faire dans les règles de l’art. Pour commencer, en rénovation comme dans le neuf, il faut toujours veiller à respecter les réglementations en vigueur concernant la performance énergétique, à savoir la norme RT 2012.

Il faut également miser sur la qualité pour que l’isolation soit durable et performante. En même temps, le travail devra être fait par des professionnels pour s’assurer que la pose est correcte.

Dans le cas d’un logement neuf, il est préférable d’isoler les combles avant d’installer le système de chauffage. En revanche, pour une maison ancienne, l’isolation des combles doit se faire après le remplacement du chauffage.

Dans le cas d’un isolant sensible à l’humidité, il est essentiel de poser un pare-vapeur. Cela permettra d’éviter les risques de condensation de vapeur d’eau au niveau de l’isolant. Ce qui pourrait le détériorer plus tôt que prévu. D’ailleurs, l’installation ne devra pas se faire sur un support humide.

Isolation des combles perdus

Pour une isolation des combles perdus, il faut compter entre 18 et 53 euros par mètre carré. La méthode la plus utilisée pour isoler les combles perdus est celle du soufflage de flocons d’isolant. Son installation est rapide et convient parfaitement pour les combles inaccessibles. En outre, avec cette technique, tous les coins sont recouverts, permettant ainsi de réduire les ponts thermiques. On notera qu’il est possible d’effectuer soi-même la pose de l’isolant en louant une machine de soufflage.

L’isolation peut aussi se faire en utilisant des rouleaux étalés en deux couches. Une première entre les solives et la deuxième pour recouvrir les ponts thermiques. Ne nécessitant aucune machine spécifique, la pose est plus accessible aux particuliers.

Isolation des combles aménageables

Pour le cas des combles aménageables, il faut veiller à ce que ces derniers soient confortables. Le principe reste le même que pour l’isolation des combles perdus. Cependant, la pose de pare-vapeur ou de frein-vapeur est indispensable. Le pare-vapeur protège contre la transmission de vapeur d’eau. Ce qui permet aux charpentes et à l’isolant de respirer. Le frein-vapeur, par contre, évacue la condensation à l’intérieur en dehors des combles.

Toutefois, il existe des contraintes auxquelles il faut faire attention. Il est préférable d’opter pour un isolant alliant des propriétés thermiques et phoniques. Puisqu’il s’agit d’une isolation par l’intérieur, le choix d’un matériau en panneaux ou en rouleaux est plus pratique avec une épaisseur d’environ 40 cm et une résistance thermique tournant autour de 8 à 10 m².K/W.

Isolation des rampants

Comme pour les combles, l’isolation des rampants nécessite une attention particulière. Avant de commencer le chantier, il faut effectuer une visite technique et analyser la toiture. En effet, il faut régler en amont la présence d’insectes, ainsi que les problèmes d’étanchéité et de structure. Le coût moyen des travaux s’élève à 56 euros par mètre carré.

En fonction de la paroi que l’on désire isoler, mais aussi des performances thermiques à atteindre, deux options sont possibles : l’isolation en simple ou en double couche. La première alternative est la méthode la plus rapide avec un rapport performance/prix avantageux. La pose consiste à insérer l’isolant transversalement entre les chevrons et à terminer l’installation par un frein-vapeur.

L’installation en double couche, par contre, offre une plus haute performance. À la première couche entre les chevrons, on pose une deuxième perpendiculaire pour assurer la continuité de l’isolation. Et le frein-vapeur permettra de compléter la mise en place. Il est possible d’ajouter des plaques de plâtre pour améliorer le design de la pièce dans le cas de combles habitables.

Quels matériaux utiliser pour l’isolation des combles ?

On distingue trois grandes catégories d’isolant : les laines minérales, les isolants synthétiques et les isolants biosourcés. Le choix devra toujours se faire en fonction de la performance du matériau.

Les laines minérales sont particulièrement appréciées, car elles sont naturelles et affichent un très bon rapport performance/prix. On regroupe dans cette catégorie la laine de verre et la laine de roche. Ces dernières ont généralement une bonne tenue au feu, ce qui permet l’utilisation du chauffage au bois.

Les isolants biosourcés peuvent être d’origine végétale (laine de bois) ou d’origine animale (plumes d’oie). Ils peuvent également être issus d’un procédé de recyclage. C’est le cas de la ouate de cellulose et du textile recyclé. Ces isolants ont l’avantage d’être suffisamment denses et de présenter un bilan environnemental favorable.

Les isolants synthétiques dérivés de la pétrochimie ne conviennent pas pour isoler les combles du fait de leur faible densité. Il est préférable de ne pas les utiliser en isolation intérieure à cause des vapeurs mortelles dégagées en cas d’incendie.

Les aides et primes pour financer l’isolation des combles d’une maison

En général, il faut prévoir 20 à 200 euros par mètre carré TTC pour engager des travaux d’isolation des combles à 1 euros. Le gouvernement, dans le cadre de la lutte contre la surconsommation d’énergie, a mis en place des dispositifs d’aides et de subventions financières pour permettre à tous les ménages (surtout les plus modestes) d’effectuer des travaux d’économie d’énergie. L’isolation des combles en fait partie. Néanmoins, pour chaque mesure, il existe des conditions à respecter :

  • Le crédit d’impôt transition énergétique est accessible à tout particulier désirant faire des travaux d’isolation de combles dans sa résidence principale située en France. La valeur du crédit peut s’élever jusqu’à 30 % du coût du chantier.
  • Les primes Énergie constituent une solution efficace pour amortir le montant des travaux d’isolation. La prime peut être perçue par chèque, virement bancaire ou sous forme de bons d’achat selon l’organisme qui l’octroie. Grâce à cette prime, il est possible d’effectuer l’isolation pour seulement 1 euro.
  • Habiter Mieux Agilité est un programme de l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (Anah) accordée sous condition de ressources du foyer. Le montant de l’aide varie en fonction du fait que le ménage est classé modeste ou très modeste.
  • L’éco-prêt à taux zéro permet d’effectuer un prêt sans avoir à rembourser les intérêts, car ces derniers sont supportés par l’État. Aucune condition de ressources n’est imposée pour ce crédit.
  • La TVA à taux réduit, encore peu connue du public, est pourtant très intéressante du fait qu’elle permet de réduire les taxes à 5,5 % pour des travaux d’isolation de combles.

Conditions pour l’isolation des combles à 1 euro

Depuis 2019, le programme d’isolation des combles à 1 euro est accessible à tous. Toutefois, le montant varie en fonction des ressources du foyer. En effet, pour en bénéficier, un plafond de revenu fiscal de référence a été établi par l’Anah. De plus, il est révisé chaque année. Par exemple, depuis le mois d’avril 2019, le plafond de RFR d’un foyer constitué de 4 personnes en Île-de-France est fixé à 51 289 euros.

Par ailleurs, les travaux doivent débuter avant le 31 décembre 2020, être effectués par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et pris en main par un organisme signataire de la charte Coup de pouce Isolation. Enfin, le logis concerné par les travaux doit avoir existé depuis au moins 2 ans et être implanté dans les zones climatiques H1 ou H2, à l’exception de Paris.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here