La réglementation thermique est une norme que les professionnels du bâtiment sont tenus de respecter. Portant sur les constructions neuves, ce dispositif établit la quantité maximale d’énergie pouvant être consommée par un bâtiment pour le chauffage, l’éclairage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation et la ventilation. Si la RT 2012 est la norme en vigueur actuellement, elle sera bientôt remplacée par la RT 2020.

Pourquoi mettre en place une réglementation thermique ?

Dans le cadre du développement durable, le gouvernement français a instauré depuis 1974 une réglementation dans le bâtiment. Ce dispositif régit les dépenses énergétiques très conséquentes dans ce secteur. L’objectif est de préserver le climat, mais également de réaliser des économies d’énergie. En effet, à lui seul, le secteur du bâtiment produit 23 % des émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, il s’agit du plus gros consommateur d’énergie dans l’Hexagone (42 % de l’énergie finale totale).

Grâce à la réglementation thermique qu’il est possible de reconnaître par son abréviation « RT », les nouvelles constructions ou celles qui font l’objet de rénovation sont strictement encadrées. Une fois les travaux d’isolation des combles, un diagnostiqueur, un contrôleur technique, un organisme certificateur ou encore un architecte peuvent délivrer une attestation d’application si votre habitation respecte les normes.

Plusieurs réglementations thermiques ont été appliquées depuis 1974 : la RT 1974, la RT 1988, la RT 2000, la RT 2005 et la RT 2012. Que ce soit en termes d’isolation, d’énergie ou d’écologie, chaque fois que la RT change, de nouveaux standards sont insérés. Par exemple, la RT 2020 qui remplacera bientôt la norme actuelle prévoit que toute construction neuve devra produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

Les conditions à respecter en matière de RT 2012

La consommation d’énergie primaire fait partie des points abordés dans le cadre de la RT 2012. Il s’agit de la consommation qui est nécessaire à la production d’énergie finale. Référence en matière de construction neuve, son plafond est de 50 kWhep/m²an. La consommation d’énergie primaire maximale est traduite par un résultat dit Cepmax.

Par ailleurs, la réglementation thermique de 2012 instaure deux autres exigences. L’une porte sur les besoins bioclimatiques du bâti. Elle vise à limiter les besoins énergétiques d’un bâtiment sans pour autant nuire au confort des occupants. L’efficacité énergétique minimale est exprimée par le coefficient Bbiomax.

L’autre exigence concerne le confort des résidents en été (Ticréf). Elle instaure notamment un seuil de température intérieure à respecter durant les périodes de fortes chaleurs pour limiter l’utilisation de la climatisation. Afin de mettre votre maison aux normes de la RT 2012, il est conseillé de procéder à des travaux d’isolation des combles et du plancher ainsi que des murs. La mise en place d’un système de chauffage et d’un système de ventilation performants est également de mise.

Les nouvelles attentes de la RT 2020

Plusieurs améliorations ont été apportées en vue de l’application de la RT 2020. Ainsi, les prochains bâtiments se baseront sur le principe BEPOS (Bâtiments à énergie positive). Pour ce type de construction, la consommation énergétique est moindre puisqu’il recourt aux ressources renouvelables. L’objectif étant de produire de l’énergie et de supprimer au maximum le gaspillage énergétique.

Vers la fin 2020, la majorité des foyers français devront donc produire leur propre énergie afin de subvenir à leurs besoins au quotidien. Ainsi, si l’utilisateur était jusque-là un simple spectateur de la transition énergétique, il deviendra désormais un acteur à part entière. Par le biais d’un système régulier de bilans, le ménage suivra et régulera directement sa consommation. Ainsi, les particuliers seront responsabilisés en termes d’économie d’énergie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here